| |
Blog de Laurent Bloch
Blog de Laurent Bloch

ISSN 2271-3980
Cliquez ici si vous voulez visiter mon autre site, orienté vers des sujets informatiques et mes enseignements.

Pour recevoir (au plus une fois par semaine) les nouveautés de ce site, indiquez ici votre adresse électronique :

Forum de l’article

Nous

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Rappel de la discussion
L’ouverture pour l’ouverture ?
Marianne Corvellec - le 1er mars 2022

In abstracto, pourquoi pas... Mais, premièrement, les chantres de l’ouverture à l’autre sont bien souvent des personnes incapables d’amitié voire de simple cordialité avec leur propre voisin de palier... Et in concreto, l’expérience montre que cette "ouverture" (multiculturelle, donc) conduit dans le pire des cas à l’affrontement, dans le meilleur à la cohabitation (on "tolère" l’autre), la "rencontre de l’autre" n’ayant lieu en pratique d’à travers l’échange marchand ; cela ne donne absolument pas lieu à la communauté d’esprit, au partage profond, à la relation authentique... bref, à tout ce qui fait le sel de l’existence humaine.

L’ouverture pour l’ouverture ?
Laurent Bloch - le 1er mars 2022

Les situations peuvent être très variées, tous les cas de figure sont envisageables, mais, fort de mon expérience bientôt séculaire, j’affirme qu’il est possible d’avoir de vrais échanges humains et culturels avec des gens originaires de toutes parties du monde. Il y a des peuples plus communicatifs que d’autres, mais cela dépend beaucoup des individus, j’ai connu des Japonais très chaleureux et des Égyptiens taciturnes, tout existe, et c’est justement l’intérêt du cosmopolitisme.

Question d’échelle
Marianne Corvellec - le 1er mars 2022

À l’échelle individuelle, bien sûr que tous les cas de figure sont envisageables ! Mais dès lors que l’on parle de la politique migratoire ou de la politique culturelle d’un pays... L’honnêteté intellectuelle exige de ne pas tout mélanger. Tout témoignage personnel peut m’intéresser et m’enrichir, mais ici il me semble bien qu’on aborde le combat idéologique, puisqu’il est question de cosmopolitisme, de loi de 1905, de multiculturalisme...

L’ouverture aux autres est une source de richesse
Laurent Bloch - le 1er mars 2022

La plupart des politiciens en vue dans la campagne électorale actuelle, et les médias qui relaient et amplifient leurs déclarations, suggèrent que la société française serait menacée par une vague migratoire, une “ruée vers l’Europe” qui menacerait “notre” civilisation, ”notre” culture, “notre” économie.

Tous les démographes, sociologues et économistes qui ont étudié sérieusement les phénomènes migratoires s’inscrivent en faux contre ces assertions ; ils sont malheureusement bien moins entendus que les dilettantes bavards qu’ils réfutent. Non, les Africains ne se ruent pas vers l’Europe, ils sont même parmi les populations mondiales ceux qui ont la propension à émigrer la plus faible, et quand ils émigrent c’est la plupart du temps pour un autre pays africain. Le principal flux migratoire mondial est celui qui va d’Europe de l’Est, principalement des Balkans, vers l’Europe de l’Ouest (la guerre en Ukraine va probablement accentuer ce phénomène).

S’il ne fallait en citer qu’un, il faudrait écouter (en podcast) les cours de François Héran au Collège de France, mais Hervé Le Bras, Catherine Wihtol de Wenden, El Mouhoub Mouhoud ne disent pas autre chose, au-delà de divergences sur des points de détail.

Et quand des migrants africains arrivent en France (tous pays d’Afrique sub-saharienne confondus, ils sont moins nombreux que les Turcs), le bilan de leur contribution à l’économie nationale est positif, quelle que soit la méthode de calcul. Et quant à la “menace culturelle”, vraiment, des chercheurs ont compté la proportion de thèses en sciences humaines axées sur les thématiques “multi-culturelles”, la proportion est très faible, moins de 5%. On peut d’ailleurs le regretter, tant la littérature francophone, par exemple, est brillamment illustrée par des auteurs issus d’autres continents. Bref, le multi-culturalisme ne nous menace guère, bien au contraire.

Derniers commentaires

Démographie ou idéologie ?
Oui, je sais... On peut tourner les données dans tous les sens, ce que font Hervé Le Bras, (...)

Grande idéologie
Michèle Tribalat (également démographe à l’Ined) serait moins catégorique...

Indispensable Laurent
Merci de ta veille vigilante et de si bien nous informer. Amicalement. Aïcha

L’ouverture aux autres est une source de richesse
La plupart des politiciens en vue dans la campagne électorale actuelle, et les médias qui (...)

Question d’échelle
À l’échelle individuelle, bien sûr que tous les cas de figure sont envisageables ! Mais dès lors (...)