| |
Site WWW de Laurent Bloch
Slogan du site

ISSN 2271-3905
Cliquez ici si vous voulez visiter mon autre site, orienté vers des sujets moins techniques.

Pour recevoir (au plus une fois par semaine) les nouveautés de ce site, indiquez ici votre adresse électronique :

Poster un nouveau message
En réponse à :
Révolution cyberindustrielle en France
par Laurent Bloch
le dimanche 15 février 2015

Pourquoi j’ai écrit ce livre
L’impulsion immédiate vint d’Olivier Kempf, dans les couloirs du Forum international de la Cybersécurité en 2014 à Lille, qui me proposa d’écrire sur les chances qu’avaient les pays européens de rester indépendants à l’ère de la troisième révolution industrielle, celle du microprocesseur et du logiciel, en d’autres termes de l’informatique. Cette invitation réveilla le souvenir de la lecture du rapport au Sénat de Madame Catherine Morin-Desailly, sénatrice de la Seine Maritime, (...)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Derniers commentaires

L’informatique, tentative d’explication
Allez, encore un petit effort ! un gros vous concernant je crois ... la question est (...)

L’informatique, tentative d’explication
Après réflexion : même ce bon vieux Pascal, avec ses types ensembles, permet de définir des types (...)

L’informatique, tentative d’explication
Et pour ce qui est des flux de données peu typés : certes, et Python est là pour ça, mais quand on (...)

L’informatique, tentative d’explication
Oui, c’est bien pour cela que Python n’est pas un très bon langage général, et qu’il ne faut (...)

L’informatique, tentative d’explication
merci Laurent ; ma compétence en informatique est trop limitée, je sais juste que je ne saurais (...)