Forum de l’article

Un paradoxe cyberindustriel

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Rappel de la discussion
Un paradoxe cyberindustriel
Gérard Peliks - le 9 juillet 2015

Après la tondeuse à gazon, est-ce que ça peut aussi marcher pour la tondeuse à cheveux, où doit on craindre une réaction violente des coiffeurs contre cette uberisation de leur profession ?

Si c’est possible, je me lancerai peut-être dans la production de casques de tondage connectés que je louerai au quart d’heure ou à à la demi-heure, dans mon garage. Après tout, il existe déjà des casques de séchage dans les salons de coiffure féminins.

Je suppose que ce n’est ensuite qu’une question de langage homme-machine qui doit être convivial pour décider de la coupe ? Mais là encore, ça existe déjà pour les imprimantes 3D.

Evidemment, gaffe aux détournements malveillants de coupes. C’est pourquoi je crains la réaction des coiffeurs 2.0.

Gérard